UN PEU D’HISTOIRE REGIONALE…

La région qui intéresse l’histoire de notre famille, est une région frontalière riche, prospère et convoitée. Elle a toujours été l’objet d’enjeux politiques importants qui ont entraîné, sans cesse, des luttes très âpres et de nombreuses guerres.

« Ronc, Wervy, Halluin, et Bousbecque », Villes où ont vécu nos ancêtres, font partie de la « Seigneurie de Comines et Halluin » qui allait de Deûlémont, Warneton, Halluin jusqu’à Forest sur Marque et Baisieux, c’est « Le Ferrain ».

La Seigneurie de Comines et Halluin est l’un des quatre « Etats de la Châtellenie de Lille« . Sous le règne de Charlemagne (768-814), notre région est française. Charles II Le Chauve, roi de France de 840 à 877, petit-fils de Charlemagne, constitue la région en « Marche » au profit de son gendre Baudouin I er Bras de Fer (862-879).

chatellenie de lille

chatellenie de lille

Le fils de ce dernier, Baudouin II Le Chauve (869-918), érige sa « Marche  » en « Comté de Flandre« , notre région devient flamande.

Le Comté de Flandre comprend alors Bruges, (Anvers, ville frontière, fait partie du Duché de Basse Lorraine) Ypres, Courtrai, Tournai, Lille, Béthune, Douai et Arras (Mons et Cambrai font partie du comté du Hainaut). Plus tard, le Comté de Flandre comprendra le Comté du Hainaut et au maximum de sa puissance comprendra même le Boulonnais.

Au nord, le Comté de Flandre est bordé par les Pays Bas, le Comté du Hainaut, lui, est bordé par le Brabant.

A partir de 1212, Philippe II Auguste, Roi de France de 1180 à 1223 veut affaiblir le Comte de Flandre. II organise toute une série d’expéditions guerrières qui dévastent la Châtellenie de Lille.

En 1214, Lille et sa Châtellenie sont encore dévastés par les fameux « égorgeurs » que Philippe II Auguste, envoie aussitôt après sa victoire à Bouvines, pour se venger de la félonie de Ferrand du Portugal, le Comte de Flandre d’alors, qui a osé l’affronter.

Les « égorgeurs » sont des spadassins d’une rare sauvagerie. Ils tuent, violent et pillent tout ce qu’il est possible d’emporter pour se payer, puis ils incendient.

Suite à la défaite de Bouvines, la Châtellenie de Lille, dévastée, reste flamande, mais le Boulonnais et l’Artois deviennent « Domaine Royal de France ».

Wervy est au XIIIème siècle un centre important de fabrication de draps de laine, fournisseur non négligeable de l’Italie. Les draps de Wervy embarquent sur place, pour gagner Gand par la Lys, puis Bruges où ils sont transbordés pour atteindre l’Italie par mer.

De 1297 à 1305, c’est la guerre franco flamande. Philippe IV Le Bel, Roi de France de 1285 à 1314, attaque la Flandre, ses troupes « portèrent la flamme sous le chaume et dans les plaines jaunissantes d’épis mûrs », c’est la désolation..

Battle_of_Courtrai2

Après les batailles de Courtrai en 1302 et de Mons en Pévèle en 1304, la paix est signée par le Traité de Pontoise en 1312, les Châtellenies de Lille, Douai et Orchies sont cédées à la France, notre région redevient française.

En 1315, les armées de Louis X, le Hutin, font mouvement vers Courtrai en traversant notre région, leur marche ne cause que des exactions, ils se nourrissent et se payent sur les terres traversées.

En 1335, commence la guerre de Cent Ans. Edouard III, roi d’Angleterre, veut faire valoir ses prétentions au trône de France. Il s’est allié aux flamands contre le roi de France, Philippe VI de Valois, roi de 1328 à 1350. Dans les années 1346 à 1349, Français, Anglais et Flamands passent et repassent à travers notre région, pillant et ravageant communes et villages. Ils causent la famine à laquelle s’ajoute une épidémie de peste noire (1348-1349)…

En 1369, Charles V Le Sage, roi de France de 1364 à 1380, veut à tout prix marier son neveu Philippe II le Hardi, de la maison de Bourgogne et futur héritier du Duché de Bourgogne, à Marguerite, Comtesse de Flandre, veuve de Philippe Ier de Rouvres, Duc de Bourgogne et unique héritière de son père, Louis II de Mâle. Charles V agit ainsi pour que Marguerite de Flandre ne puisse contracter une alliance défavorable aux vues qu’il a de récupérer un jour la Flandre à travers la Bourgogne. Pour arriver à ses fins il donne à la Flandre les Seigneuries de Lille, Douai et Orchies, le mariage se conclut et notre région redevient flamande..

En 1382, les troupes du roi de France, Charles VI le Fou, mettent à sac la ville de Wervik.

Charles VI le fou

Charles VI le fou

En 1397, un incendie détruit les productions et la plus grande partie de la ville de Wervik provoquant une augmentation fatale des prix de ses draps.

En 1400, la peste décime, une nouvelle fois, la population; l’épidémie aurait fait plus de 12.000 morts dans la région. Philippe II le Hardi, Comte de Flandre, décède en 1404 et Marguerite en 1405. Leur fils, Jean Sans Peur, hérite du Comté de Flandre et du Duché de Bourgogne. En 1405, il rattache le Comté de Flandre au Duché de Bourgogne, notre région devient Bourguignonne…

La férule des Bourguignon n’est pas un vain mot, leurs troupes foulent sans cesse notre région, Philippe de Comines parle « de la ribaudaille qui mangeait et Sifflait tout, enlevant des bestiaux et abattant des maisons pour faire feu »…

En 1477, Marie de Bourgogne, Comtesse de Flandre, fille de Charles le Téméraire (Charles le Téméraire est le petit fils de Jean Sans Peur, Comte de Flandre), épouse Maximilien Ier, Empereur et Archiduc d’Autriche. Le Roi de France Louis XI veut régler la succession de la maison de Bourgogne. Par le Traité d’Arras en 1482, la France obtient le duché de Bourgogne et la Picardie et Maximilien, lui, obtient le Comté de Flandre, notre région devient fief des Habsbourg et donc autrichienne.

En 1496, leur fils Philippe Le Beau, Comte de Flandre, épouse Jeanne La Folle, fille de Ferdinand V, Roi d’Aragon, et d’Isabelle 1ère, Reine de Castille. Le fils de Philippe le Beau, Charles III, Comte de Flandre, est élu, en 1519, par « héritage » de Maximilien Ier, « Empereur du Saint Empire Romain Germanique » sous le nom de Charles Quint (d’Autriche). Il hérite aussi par sa mère, Jeanne La Folle, des royaumes d’Aragon et de Castille, c’est-à-dire de I ‘Espagne.. Il unit la Flandre à I ‘Espagne, notre région devient espagnole… Charles Quint est le souverain le plus riche et le plus puissant d’Europe. II a régné, entre autres, sur l’Allemagne, l’Autriche, I ‘Espagne, la Bourgogne et leurs dépendances.

Entre 1512 et 1517, c’est le cinquième Concile de Latran. Il faudra près de 70 ans pour que ses réformes s’appliquent dans nos campagnes, elles n’y seront réellement appliquées que vers 1580. C’était bien nécessaire car le petit clergé des campagnes, même lorsqu’il est dévoué, n’en n’est pas moins, souvent, illettré ou presque, ce qui explique que bien des

Registres Paroissiaux étaient mal tenus, sinon pas tenus du tout.

En 1565, 66 et 67, la région subit la répression contre les calvinistes. Ce sont aussi les bandes d’iconoclastes qui, venant de Tourcoing et Lannoy, font des sorties pour piller, saccager les églises, les chapelles et les abbayes et même tuer des prêtres… En août 1566, quatre cent églises sont visitées et dévastées par ces « Gueux » que les paysans appellent les « hurlus ». Cela explique, aussi, la disparition de tant de documents et l’inexistence, ou presque, des registres paroissiaux d’avant ces années.

En 1579, le Roi de France, Henri III, déclare la guerre à l’Espagne qui s’est alliée à l’Angleterre. Le 20 octobre, les troupes écossaises commandées par La Noue, brûlent l’église et démolissent le château d’Halluin dont les matériaux sont utilisés pour fortifier Menin.

Le registre des biens de Charles de Croy (Archives de Gand) permet de situer l’emplacement de ce château qui n’a jamais été reconstruit. « Le dit château est situé et gisant à un traict d’arcq du bourg du dit Halluin tirant vers Courtray, sur la morte Lys, n’y ayant qu’une single entre d’eux. Icelluy château ayant esté bruslé et ruyné par les guerres passées, y restant encore quelque peu de murailles de bricques, contre l’une duquel est baty une petite maison, chambres, à deux estaiges couverte de tieulle, où que cy devant résidoit le censier de la cense du dit château et présentement y demeure le fermier du compteur comme concherge du dit château »

Un siècle plus tard, à partir des années 1670, Jacques Danset, fils d’Arnould, exploitera « la cense de l’ancien château d’Halluin ». Cette cense a une contenance d’environ soixante-dix hectares, ce qui est énorme pour l’époque puisque la plupart des fermes font moins d’un hectare. La propriété rurale, en dehors des terres possédées par des nobles ou des abbayes, est incroyablement morcelée. Il est admis par les spécialistes qu’encore sous Louis XIV, une exploitation de 4 à 4,5 hectares permet de vivre.

Nos ancêtres Dansette, comme nous le verrons plus loin, exploiteront cette ferme sans discontinuer jusqu’à la Révolution Française.

En 1582, c’est encore la lutte contre les « gueux » qui hantent les campagnes, pillant, brûlant, dévastant ou ces « Hurlus » de Menin et de Tournai qui menaceront même la ville de Lille. Selon la légende, Lille a été sauvée par une femme du peuple nommée Jeanne Maillote.

Tout ce qui précède explique pourquoi il est si difficile de trouver des documents d’avant 1585.

Puis, l’Angleterre, principal fournisseur de laine, réduit ses exportations ce qui achève de ruiner l’activité manufacturière de Wervik. Depuis les années 1600, Wervik n’est plus qu’un bourg agricole.

En 1606, le 27 mars, un ouragan exceptionnel par son Intensité dévaste la région… « On ne vit jamais si grand désastre, des clochers tombent, on croirait que c’était la fin du monde, on ne savait où se sauver, l’on criait partout miséricorde

De 1645 jusqu’en 1794, nos ancêtres vont être encore « ballottés » presque sans discontinuer entre les diverses puissances qui se disputent leur région…Les passages des troupes entraînent bien souvent des exactions, des réquisitions, des pillages, des vols et des destructions..

Certaines années les laboureurs doivent même renoncer à ensemencer leurs champs régulièrement dévastés par les passages des troupes… Mais « paradoxalement ces événements ont pu profiter largement à celui qui, travailleur, a réussi, intelligemment, à préserver ses récoltes pour les monnayer à bon escient »…

En 1645, le 23 septembre, pendant la Guerre franco-espagnole, Menin, face à Halluin, sur la rive gauche de la Lys, est occupé par surprise par les troupes françaises. Menin est repris par les troupes espagnoles le 16 août 1646.

En 1658, le 9 septembre, Turenne, après sa victoire près de Wervik, reprend Menin , mais la Paix des Pyrénées, en 1659, rend Menin à l’Espagne.

En 1667, le 27 août, par l’acte de capitulation de Lille devant Louis XIV, tous les habitants de la Châtellenie de Lille deviennent français. Les Dansette, habitant Halluin, deviennent sujets français.

La ville de Menin , par le Traité d’Aix la Chapelle de 1668, passera, aussi, sous domination française…

Le 6 avril 1669, Louis XIV, sans déclaration de guerre, envoie 120.000 hommes marcher sur la Hollande. Guillaume d’Orange, Stathouder des Provinces-Unies, allié de l’Empereur du St Empire, fait reculer les troupes françaises qui se replient en dévastant tout sur leur passage. Les campagnes se succèdent de 1674 à 1678 jusqu’à la paix de Nimègue qui cède, entre autre, Wervik à la France.. En 1689 commence la Guerre de la Ligue d’Ausbourg, guerre atroce, provoquant dans le Hainaut, le Namurois et le Cambrésis une misère effroyable à laquelle s’ajoutent la famine du printemps 1694 et la mauvaise récolte de cette même année. Cette guerre vaine et épuisante se termine par le traité de paix de Ryswick en 1698, dont le résultat sera, de fait, la confirmation de la frontière du Nord de 1678.

Louis XIV fait fortifier la ville de Menin par Vauban. Les fortifications débutent le 13 avril 1679, elles doivent englober une partie d’Halluin et même son église.

Le 18 septembre 1692, un violent tremblement de terre terrorise la région. Le 16 septembre 1700, Charles II, Roi d’Espagne, pour régler sa succession, attribue toutes ses possessions à Philippe duc d’Anjou, petit fils de Louis XIV qui prend le nom de Philippe V d’Espagne. Devant l’opposition de I ‘Europe qui n’accepte pas l’arrivée d’un prince français sur le trône d’Espagne, Louis XIV, une fois de plus, surprend ses adversaires et, le 5 février 1701 il envahit « les Pays-Bas Espagnols ».

Devant cette situation, une formidable coalition va se former pour contrecarrer le Roi de France et le 7 septembre 1701 est déclenchée la Guerre de Succession d’Espagne.

La Flandre devient une nouvelle fois un champ de bataille sur lequel les armées germano-autrichiennes, hollandaises et anglaises vont s’affronter aux troupes françaises.

En 1706, le 22 août, l’une des armées alliées, celle commandée par un général anglais, le duc de Marlborough, reprend aux français la ville de Menin après un siège qui dura 30 jours. Cette place lui est nécessaire pour pouvoir assiéger la ville de Lille. Marlborough passe la frontière le 18 juillet 1708. En une guerre éclair, il va dévaster la Flandre maritime et l’Artois, « Il n’y a pas une sauvegarde qui n’ait été forcée, point de maison qui n’ait été pillée » et le 23 octobre il s’empare de Lille Où il place des troupes d’occupations  » hollandaises ».

La victoire de Denain sauve la France. Le 11 avril 1713 est signée la Paix d’Utrecht accueillie d’une joie indescriptible par le peuple. Par ce Traité de paix, Louis XIV cède les Pays-Bas Espagnols aux Provinces Unies. La France abandonne Menin, Furnes, Ypres et leurs dépendances mais obtient que les Hollandais quittent Lille, ce qui sera fait le 3 juin 1713. Depuis cette date, Lille restera définitivement ville française.

C’est ce Traité d’Utrecht qui a divisé la ville de Wervik en deux parties, « Wervicq-Sud » en France et « Wervik » en territoire des Provinces Unies.

En 1715, année du décès de Louis XIV, les Provinces Unies cèdent les Pays-Bas Espagnols à l’Autriche, ils deviennent les Pays-Bas Autrichiens.

En 1744, Louis XV veut s’assurer la possession des Pays-Bas Autrichiens, c’est la Guerre de Succession d’Autriche… Le Roi de France, depu1S ses quartiers qu’il avait établi dans l’Abbaye de Cysoing et non à Lille dont il se méfiait de la fidélité de ses habitants, attaque et prend Menin, Courtrai, Ypres, Furnes… Encore une guerre ravageuse, cruelle, meurtrière et vaine car le Traité d’Aix la Chapelle en novembre 1748 restitue, en gros, toutes les conquêtes françaises aux Pays-Bas Autrichiens en échange de concessions anglaises dans les colonies.

Les autres campagnes de Louis XV et celles de Louis XVI ne passent pas chez nous et la région connaîtra le calme et retrouvera une certaine prospérité.

Mais les tribulations des Dansette ne sont pas terminées car par un traité de rectification de frontière signé le 18 novembre 1769 entre Louis XV et Marie-Thérèse d’Autriche (mère de Marie-Antoinette qui deviendra l’épouse de Louis XVI), le « hameau du Cornet » , où habitent les Dansette, est cédé aux autrichiens. Le hameau du Cornet prend le nom d’HaIIuin-Noort qui sera incorporé à Menin en 1795 ce qui explique le sobriquet de « Pape du Cornet » donné à Jean-François Dansette pendant la Révolution de 1789, comme nous le verrons plus loin.

La Révolution provoquera, dans notre région, de nouvelles intrusions de troupes de 1792 à 1794 (les Autrichiens ont occupé Roubaix, Lannoy…) jusqu’à la victoire française à la Bataille de Tourcoing, le 18 mai 1794.

La région connaîtra encore les invasions des troupes opposées à Napoléon lors de ses dernières campagnes.

Tous ces événements permettent de se faire une idée du nombre de difficultés auxquelles nos ancêtres ont dû faire face…passant sans cesse sous la domination d’une puissance puis d’une autre…